Certaines peintures se promènent
Flora Moscovici

Du 7 juillet au 30 septembre 2018.
Un parcours artistique à découvrir depuis le jardin du Musée Yvonne Jean-Haffen, le long du chemin de halage jusqu’à l’Abbaye de Léhon. 

Avec les artistes Augustin Grenèche, Etienne Leroy, Amélie Lucas-Gary, Lina Schlageter.
Et la participation du Club de Canoë-Kayak de la Rance, du Centre équestre Saint-Valay (Taden), de la chorale Musicalement Vôtre (Léhon), du Centre de Loisirs (Lanvallay) et des habitants complices. 


Flora Moscovici est une jeune peintre vivant en Bretagne qui réalise des interventions in situ, sur divers supports. L’artiste porte une attention particulière aux détails architecturaux ou aux impressions que lui procurent certains lieux. De là, elle transforme ces espaces et fait surgir la peinture des marges, bousculant sensiblement notre perception du paysage. Flora Moscovici explore la peinture dans toutes ses potentialités. Elle dissimule autant qu’elle met en lumière, discrètement ou ostensiblement, les lieux dans lesquels elle intervient, brouillant ainsi, comme par magie, les frontières entre l’art et son environnement.

Dans le jardin du Musée Yvonne Jean-Haffen, l’artiste a réalisé deux interventions : la première est une peinture à la laque sur dix-sept arceaux en métal.Cette composition est conçue dans une gamme chromatique proche de l’environnement alentour qui souligne la structure des arceaux. Elle les intègre au paysage tout en les détachant par la lumière qui s’en dégage. Le choix de ces éléments architecturaux n’est pas anodin : on retrouve ces mêmes arceaux dans certaines peintures d’Yvonne Jean-Haffen présentes dans la collection du musée. La seconde peinture est réalisée au cœur du four à chaux. Ce four datant du XIXe siècle aurait servi à la construction du canal d’Ille-et-Rance. L’artiste met en valeur cette architecture patrimoniale et dialogue avec la végétation qui y pousse.

Le long du chemin de halage, Flora Moscovici décline la peinture dans le temps et en mouvement.Ses interventions font signes, sur des bancs, des rochers,des pierres ou en lien avec des activités comme le kayak, l’équitation ou encore le yoga.
La promenade artistique se poursuit jusqu’aux jardins de l’Abbaye de Léhon, où l’artiste a investi un édifice patrimonial, la Gloriette, ancien« vide-bouteille des moines » construit au XVIIIe siècle.
Pour ces compositions, l’artiste utilise des procédés écologiques et éphémères : un mélange de pigments, d’eau et de chaux mais aussi la technique de la tempera, mélange d’œufs et de pigments.

Certaines peintures se promènent se déploie dans différents lieux et moments. Durant deux semaines, des peintures inédites ont investi la ville en prenant place dans des panneaux d’affichages publicitaires. Ces peintures colorées apparaissent de façon éphémère dans l’espace urbain, tel un élément intrusif, inhabituel, abstrait.

À l’occasion d’un événement le 7 juillet, Flora Moscovici a invité quatre artistes. La chorégraphe Lina Schlageter interagit avec le paysage et les interventions colorées de Flora Moscovici, par des gestes, des postures et des déplacements. Elle crée également une piste sonore à écouter pendant la promenade (téléchargeable : www.soundcloud.com/laga-t/sets/certaines-peintures), retraçant le parcours via des commentaires parlés ou chantés et des conversations avec d’autres usagers. L’écrivaine Amélie Lucas-Gary produit un texte inédit, qui raconte l’histoire d’un garçon évoluant sur la rive gauche de la Rance, au printemps, quelque part du côté de la Gloriette. Son histoire est complétée d’une chanson écrite en son souvenir et interprétée par la chorale Musicalement Vôtre de Léhon. Ce texte est disponible au Musée Yvonne Jean-Haffen et en ligne (www.amelielucas.fr/index.php?/lire/la-chanson-du-garcon/).
Dans les jardins de l’Abbaye de Léhon, Augustin Grenèche crée une sculpture comestible. Étienne Leroy dialogue avec le paysage en concevant une édition dont les dessins sont inspirés des bords de Rance (disponible au Musée Yvonne Jean-Haffen).
La promenade est ponctuée de multiples interventions réalisées par des complices que l’artiste a rencontrés pendant son temps de résidence : des poneys portent des jupes colorées, des kayaks et des canoës peints naviguent sur la Rance, des enfants sont vêtus des capes qu’ils ont réalisées avec l’artiste, des yogistes tiennent des postures, habillés de vêtements peints eux-aussi.

Les œuvres produites, disséminées dans le paysage, s’effaceront progressivement avec le temps.

« 1 de 2 »


Les Ateliers du Plessix-Madeuc et La Criée centre d’art contemporain invitent Flora Moscovici à une résidence de création et de transmission qui se déroule au printemps 2018 à Dinan (dans une partie du Musée Yvonne Jean-Haffen occupée par les Ateliers du Plessix-Madeuc).

Certaines peintures se promènent prend place dans le cadre de Territoires Extra, projet de développement artistique sur le territoire de la Bretagne, mené conjointement par les centres d’art Passerelle de Brest et La Criée de Rennes, avec le soutien de la DRAC Bretagne. En 2018, La Criée s’associe aux Ateliers du Plessix-Madeuc pour inviter Flora Moscovici.

ddab.org/fr/oeuvres/Moscovici

Informations pratiques

Parcours visible jusqu’au 30 septembre 2018
A partir du 2 juin dans le jardin du Musée Yvonne Jean-Haffen (et visible au Musée, l’exposition Yvonne Jean-Haffen, Mathurin Méheut, Œuvre à quatre mains)
Parcours entre le Musée Yvonne Jean-Haffen (Dinan) et l’Abbaye de Léhon : 3 kilomètres (40 minutes environ à pied)
A partir du 7 juillet dans les jardins de l’Abbaye de Léhon, tous les jours de 10h30 à 18h30 jusqu’au 16 septembre 2018
Entrée libre